Tous les résultats de la boxe en Suisse
FEDERATION SUISSE DE BOXE    "SwissBoxing"

2003 2004 2005 2006 2008 2009 2010 2011 2012 2013
 
 Sujet de la presse ....


Meeting de Palézieux, le 15 avril 2006
 

------------------ Entraînement avant le jour J -----------------
 

   

 

 --------------------- le soir du meeting ... Combats de ... --------------------

 

Delphine Veillard

 

Les progrès de Delphine et la fougue d'Elbasan

 
La boxe féminine est souvent encore décriée ou raillée. Les spectateurs de Palézieux ont pu voir que ces considérations n'avaient pas leur place. Les deux Châteloise Delphine Veillard et Laura Savoy ont prêché la bonne parole. Amie de Bertrand Bossel, Delphine Veillard a pleinement soutenu la comparaison avec la Française Aurélie Urbano. Si Delphine avait connu un premier combat difficile il y a déjà 3 ans, elle avait réussi sa rentrée il y a peu à Sissach même si elle avait perdu. A Palézieux, elle a convaincu, nous disant: «Quand j'ai descendu les escaliers qui menaient à la salle, je me suis dit avec beaucoup de conviction: il faut y aller et ça a été. Je suis contente de mon match mais un peu moins du verdict. Un nul aurait été plus juste car il me semble que j'ai pas mal touché.»
 
L'entraîneur François Gilliand était très content: «Delphine m'a vraiment fait plaisir. Elle a fait de la belle boxe et son évolution est très intéressante.» L'arbitre Pierre-Alain Schneeberger y allait aussi de son compliment: «Ce fut un très joli combat. Je n'ai rien eu à faire.»
La jeune Laura Savoy a démontré que techniquement, elle était bien mais, comme le notait Gilliand: «Malheureusement, elle était trop court physiquement. Elle a par exemple un très bon uppercut du droit mais elle n'a jamais pu le sortir.»

 
Le combat entre le Bullois Elbasan Ahnetaj et le Châtelois Stéphane Porchet n'a pas connu de temps mort, le Bullois se lançant sans répit et sans calcul à l'abordage pour emporter finalement la décision. C'est sa troisième victoire en trois combats. Il avait remporté les deux premiers, avant la limite, lors des championnats suisses juniors. L'entraîneur Gruyérien Stéphane Bovet était content de son jeune protégé de 17 ans, d'origine albanaise, de national- lité française, en Suisse depuis 7 ans et apprenti mécanicien sur auto: «J'ai bien aimé son combat. Il a boxé avec du cœur et il a bien travaillé. Mais il s'est quand même montré trop lent, cherchant à taper fort au lieu de marquer des points. Il écoute bien ce que je lui dis et je veux lui apprendre qu'un coup sec et rapide fait plus mal qu'un coup lourd. Moi-même, j'aurais certainement gagné plus de combats en tapant moins fort mais en étant plus rapide. Je veux éviter que mes élèves commettent mes erreurs.»
 
Porchet savait ce qu'il devait faire pour contrer «l'ouragan» Ahnetaj mais il n'a pas réussi: «Je ne me suis pas montré assez rapide.» Son entraîneur Mehdi Genoud précisait: «Il aurait fallu que Stéphane arrive à piquer une fois proprement son adversaire avec un uppercut, pour l'arrêter, mais ce n'était pas évident.» GB
Delphine Veillard (ci-dessous) a tenu tête à la Française Urbano.
Charly Rappo

 

 

 et le combat de "Bosko" Bertrand Bossel ...
 

   

Quand «Bosko» rime avec k.-o.
 

PALEZIEUX · Bertrand Bossel dit «Bosko» voulait démontrer ses progrès. Il a été pour le moins convaincant, mettant k.-o. au 4e round l'Estonien Sergey Tassimov.
 

GEORGES BLANC
 

Il est impayable Bertrand Bossel! Situons la scène: on est samedi soir, minuit approche et dans le petit vestiaire de la halle de Palézieux, le poids coq Châtelois est entouré de journalistes et amis venus le féliciter. Que diable, le petit «Bosko» vient de livrer un combat de géant mettant k.-o. au 4e round l'expérimenté Estonien Sergey Tassimov. Sans attendre les questions, ne pensant pas à son exploit, ni à sa coupure à l'arcade ni à la joie du public, Bossel interroge, inquiet: «Qu'est-ce qu'ils ont fait Fribourg-Gottéron et Olympique? On aurait aimé lui répondre que si les joueurs de Gottéron avaient seulement le dixième de son courage et de sa volonté, ils ne seraient pas en train de lutter avec Bienne.
 

La halle de Palézieux était remplie à ras bord pour voir «Bosko» dans ses oeuvres. Le rendez-vous était important. Pour son 8e combat professionnel, il retrouvait l'Estonien Tassimov qu'il avait battu à son deuxième combat en 2004. L'occasion était parfaite pour juger de la progression du Châtelois. Et la réponse est venue aussi clairement que ce crochet-uppercut au foie qui a mis k.-o. Tassimov au 4e round. L'entraîneur Mehdi Genoud a dû aider l'Estonien à reprendre son souffle et sur son tabouret de coin de ring, Tassimov avait mauvaise mine alors que «Bosko» dégustait cette belle 6e victoire.

 

En un éclair
 

Il ne faudrait pas croire que ce fut facile. Parti prudemment au premier round, Bossel se fit secouer dans un 2e round qu'il perdit sans discussion. On était vraiment inquiet et on n'aurait pas risqué un gros pari sur le crack local. Mais il est revenu transformé au 3e round, mettant en difficulté Tassimov. Et au 4e round, le Châtelois continuait de virevolter sur le ring, pour exploiter en un éclair l'ouverture dans la garde de l'Estonien.
«Bosko» ne pouvait souhaiter mieux pour sa rentrée du printemps: «J'ai su exploiter mon point fort qui est de beaucoup bouger sur le ring. Ce soir, je me sentais bien, déjà dans les vestiaires. C'est peut-être pour ça que je ne me suis pas inquiété quand j'ai été dominé au 2e round. Je travaille pour développer ma puissance mais sans penser à un k.-o., le coup décisif, il doit venir tout seul. J'essaie de progresser toujours mais c'est difficile de tout acquérir en même temps. J'espère que ça viendra avant... la retraite.»

 

Un vieux couple
 

L'entraîneur Mehdi Genoud était bien sûr content de son protégé. Fini le temps où des conseillers voulaient faire changer sa boxe à Bossel, l'obliger à «s'asseoir» pour porter ses coups. Genoud explique: «Bertrand n'est pas fait pour boxer «assis» sur les jambes. Ses grandes qualités, ce sont sa rapidité et sa mobilité. Et s'il place ses coups explosifs, il est efficace et il fait mal.»
Genoud reconnaissait aussi les bienfaits pour Bertrand mais pour lui également dans le sparring, à Gaillard en France. Genoud est ainsi conscient que Bossel doit arriver à changer de rythme dans un combat: «Vous savez, on est un peu comme un vieux couple, les deux. Et certaines de mes paroles passent par-dessus Bertrand qui est un têtu. Mais pour ce match contre Tassimov, je dois reconnaître que je n'ai pas été bon entre les deux premiers rounds, n'ayant pas réussi à bien conseiller Bertrand. Et les choses ont failli mal tourner au deuxième round.»
C'est finalement pour Tassimov que le destin s'est fait cruel. Le pauvre n'avait pas même d'appétit pour le repas d'après meeting. Il est reparti après «sa journée de travail ordinaire», en n'ayant presque pas touché à son assiette. C'est parfois dur le métier de boxeur professionnel!
Bossel, on va le retrouver le 12 mai à Corcelles/Payerne pour un meeting organisé par Jean-Jacques Loup et qui verra aussi en action le puncheur Sofiane Sebihi. I

 

principaux résultats
 

Professionnels. Poids coq 54 kg, 6 x 3 minutes: Bertrand Bossel (Châtel-St-Denis) bat Sergey Tassimov (Estonie) par k.-o. au 4e round. Désormais, Bossel compte six victoires, un nul et une défaite pour ses huit combats.
Amateurs. Combats féminins. 56 kg: Cécile Mallaize (Grenoble) bat Laura Savoy (Châtel-Saint- Denis) aux points.
55 kg: Aurélie Urbano (Dijon) bat Delphine Veillard (Châtel-Saint-Denis) aux points.
Combats masculins. 69 kg: Albasan Ahnetaj (Bulle) bat Stéphane Porchet (Châtel-Saint-Denis) aux points.
63 kg: Dominique Savoye (Martigny) bat Sofiane Baaij (Dijon) aux points.

Bertrand Bossel (à droite) a trouvé l'ouverture en un éclair face à Tassimov.

Vincent Murith

 


Meeting de Sissach, le 19 mars 2006
 

 

 

Fermer